Les conseils de Tirage-Art - n° 18

Publié le 25 Janvier 2013

Cet article fait suite au conseil n°17 qui présentait la bonne manière de traiter son image pour l'impression. Dans cet article, nous souhaitions effectivement mettre notre image au format d'impression sans avoir aucune perte de qualité finale. Nous parlions essentiellement d'agrandissement à savoir d'image finale plus grande que l'original. Il faut savoir que si vous choisissez un format d'agrandissement plus petit par rapport à votre taille d'image dite vulgairement "brut de capteur", un rééchantillonnage aura beaucoup moins d'incidence sur la qualité finale de votre tirage. Une résolution trop élevée d'ailleurs ne se justifie pas par rapport à l'univers de travail dans lequel vous vous trouvez notamment pour l'impression. Dans notre cas, si vous souhaitez faire un tirage 20x30 d'une image qui peut-être imprimée, j'ai envie de dire naturellement, en 30 x45 cm, vous constaterez, en l'absence de rééchantillonnage, une augmentation parfois exagérée de la résolution par rapport à la surface du tirage souhaitée (ici environ 361 dpi). N'hésitez pas alors à ramener cette résolution à 300 dpi.

 

01-copie-3

 

Mais avant de continuer plus loin, j'aimerai attirer votre attention sur une notion importante concernant la résolution. Dans la plupart des cas, la résolution s'exprime dans une unité "standard" proposée en pixels/pouce. La résolution devrait toujours s'exprimer de cette façon afin d'éviter tout erreur de traitement notamment de rééchantillonnage malheureux et afin de parler la même langue lors du traitement des images. c'est pourquoi je déconseille d'utiliser l'unité de mesure métrique (pixels/cm). Néanmoins, dans un but d'harmonisation, je vous propose ce tableau de conversion en sachant qu'un "pouce" est égal à 2,54 cm. Vous pouvez alors constater que les valeurs ramenées au système métrique sont bien plus petites et que des valeurs supérieures à 118,11 pixels/cm doivent vous interpeller !!

 

tableau01.JPG

 

J'aimerai aussi m'arrêter sur les différents formats possibles standards ou non que nous pouvons rencontrer en photographie notamment justement pour faire des agrandissements. Bien souvent, les photographes hésitent entre différents formats et se retrouvent parfois à devoir recadrer leur image alors que ce n'est pas forcément nécessaire. Avant toute chose, si vous avez le logiciel "photoshop" (ou même GIMP), à partir du format natif, vous pouvez très bien définir les formats supérieurs ou inférieurs possibles pour votre image sans recadrage excessif. il faut toujours un peu rogner l'image mais souvent, les pertes sont faibles par la suite en procédant de cette façon. par exemple, mon image native fait 30,14 x 45,38 cm pour une résolution de 240 dpi (vous comprenez mieux aussi l'utilité de cette valeur de résolution) soit environ 30 x 45 cm. Si en dehors de tout rééchantillonnage, j'entre dans mon tableur dynamique "photoshop" ("taille de l'image"), une valeur en hauteur ou en largeur, j'obtiendrai la valeur correspondante exacte en largeur comme en hauteur. Je sais ainsi que sans recadrage (à 2 mm près dans la hauteur), je peux me permettre de réaliser un beau 40 x 60 cm. C'est donc à titre d'information que je vous propose le tableau ci dessous en sachant que certaines surfaces ne sont absolument pas standards, d'autres au contraire le sont parfaitement.

 

tableau02.JPG

 

Tout ceci étant précisé, je reviens vers mon recadrage. Vous vous souvenez peut-être de mon image, après agrandissement, elle avait un format d'environ 40 x 60 cm mais je souhaitais imprimer une image au format 30 x 60 cm. Il me faut donc maintenant rogner cette image dans la hauteur (ici les 40 cm) pour obtenir le format voulu. plusieurs possibilités existent mais une seule est vraiment adaptée au travail que je souhaite faire, elle est efficace et simple à mettre en pratique grâce à l'outil "recadrage", il porte bien son nom. Vous le trouvez inséré au pavé des outils et lorsque vous le sélectionnez en cliquant dessus, il s'affiche de la façon suivante dans la barre haute de menu.

 

Capture-copie-4.JPG

 

Il possède comme vous pouvez le voir plusieurs options toujours utiles. La première des choses à faire lorsque vous sélectionnez cet outil et avant toute application sur l'image, est de vérifier l'unité de mesure de la résolution, en générale elle est en "pixels/pouce" mais il ne faut rien laisser au hasard. La deuxième action à entreprendre est de récupérer les informations de votre image en hauteur, largeur et résolution. Pour se faire, il vous faut cliquer sur l'option "image 1°plan". Vous constatez alors que les bonnes mesures s'affichent (car l'outil garde les valeurs du travail précédent, par défaut). Ces précautions prises, vous pouvez alors choisir les dimensions concernées par votre recadrage, ici : 30 cm en hauteur puis appliquer l'outil à votre image en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé.

 

Capture02

 

Un cadre actif s'ajoute alors sur l'image. il peut se présenter de différentes façons en fonction des nouveaux paramètrages qui apparaissent dans la barre de menu (voir ci-dessus). Certain de ces paramétrages sont très utiles pour le photographe. "L'incrustation de répère de recadrage" permet, ainsi de choisir l'aspect de la fenètre de recadrage un peu comme nous choisissons le quadrillage du verre dépoli de l'appareil photo reflex. Trois options existent. je vous conseille bien évidemment l'option "règle des tiers" dans le menu déroulant. une autre option intéressante peut vous faciliter la vie, il s'agit de l'option "protéger". Désélectionnée, elle rend impossible l'accès aux autres possibilités de couleur et d'opacité. Elle ne vous permet donc pas de mettre en valeur votre recadrage par rapport aux zones e l'images que vous souhaitez supprimer. Sélectionnée, elle vous permet alors de colorer les zones non concernée par le recadrage et d'acccentuer ou pas l'opacité de la couleur pour une meilleure visualisation de ce recadrage. Ici, vous pouvez voir que j'ai choisi le rouge et une opacité de 20 %, des réglages qui me conviennent bien. En oubliant sciemment l'option "perspective", deux boutons sont aussi très important, situés sur la droite de la barre de menu "recadrage", l'un vous permet d'annuler votre recadrage (comme la touche "echap" de votre clavier), l'autre vous permet au contraire de valider votre recadrage (comme la touche "entrée" de votre clavier).

 

_MOB9138.jpg

 

Avant donc de valider ce recadrage, vérifiez son harmonie par rapport à l'image initiale, le résultat obtenu aura alors plus d'impact. Pour faire votre choix, c'est très simple, vous bougez votre "repère de recadrage" à l'aide des flèches de votre clavier (gauche, droite, haut et bas) ou bien avec votre curseur de souris, bouton gauche maintenu enfoncé. Le fait que vous puissiez aisément recadrer de cette façon donne à cet outil tout son intérêt puisque vous pouvez faire ce que vous voulez. Une fois la sélection réalisée, vous validez cette dernière et le tour est joué. Enfin, sachez qu'il est possible, quoiqu'il arrive, de revenir en arrière en annulant le recadrage à l'aide de l'onglet "édition". En général, le type de recadrage que j'applique concerne les images telle que celle ci dessus :

 

En espérant n'avoir pas été trop longue

A bientôt

I.L.

Rédigé par tirage-art

Publié dans #Nos conseils

Repost 0
Commenter cet article